Aujourd’hui en France, les bâtiments représentent près de 30 % des émissions de CO2. Le gouvernement a donc choisi d’agir, depuis plusieurs années, pour réduire ces émissions et la consommation d’énergie globale de ce secteur. Pour cela, la nouvelle réglementation RE2020 s’appliquera partout en France à partir de janvier 2022.

Quels sont les objectifs de ce nouveau dispositif ? Quel est son champ d’application ? Comment choisir votre appartement neuf à Rennes en fonction des normes RE2020 ?

La nouvelle réglementation RE2020 à Rennes

Des normes en constante évolution

Le gouvernement a conçu la RE2020 afin de réduire l’empreinte carbone des bâtiments et d’améliorer leur performance énergétique. Elle va ainsi remplacer l’actuelle Réglementation Thermique 2012 (RT2012).

Dans un premier temps, ce dispositif fut appelé RBR2020, pour « Réglementation Bâtiment Responsable 2020 », car il balayait des critères plus larges, comme la réduction des gaz à effet de serre ou bien l’utilisation de matériaux biosourcés. Les dernières grandes canicules et les récurrents problèmes de qualité de l’air ont encore fait évoluer le projet, qui se nomme maintenant Réglementation Environnementale 2020 ou RE2020.

Il était initialement prévu de mettre en place cette nouvelle réglementation en janvier 2020, mais la crise sanitaire et les dernières évolutions du projet ont décalé la mise en application d’un an. Ainsi, les appartements neufs à Rennes, les bureaux ou les bâtiments de l’enseignement, dont les permis de construire ont été déposés après août 2021, devront prendre en compte la RE2020. Ce n’est, en revanche, pas le cas des bâtiments du tertiaire pour qui l’application est décalée.

La prise en compte de la RE2020 est étalée dans le temps, jusqu’en 2030, afin que les professionnels du secteur puissent s’approprier les nombreuses règles de cette réglementation.

Les objectifs de la RE2020

La Réglementation Environnementale 2020 se veut plus ambitieuse que les précédentes, afin d’avoir un impact concret et rapide dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Lors de la COP 2021, la France s’est en effet engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Pour atteindre cet objectif, il faut rapidement mettre en place des solutions accessibles pour agir sur les émissions des habitats et des bureaux qui représentent une part importante des gaz à effet de serre (GES).

La RE2020 va ainsi agir dans trois domaines, à Rennes, comme partout en France :

  • La limitation de l’impact des bâtiments neufs : le but est de pousser à l’utilisation de modes de construction qui émettent peu de gaz à effet de serre et de valoriser les sources d’énergie décarbonées, comme la chaleur renouvelable.
  • L’amélioration de la performance énergétique des bâtiments neufs : la performance de l’isolation est le premier critère visé, ainsi que le choix du mode de chauffage.
  • La garantie d’un logement adapté aux évolutions futures du climat (canicule, tempêtes, etc.), et cela se traduit par un objectif de confort des appartements en été.

Une réglementation très ambitieuse

La RE2020 doit réduire l’impact écologique des constructions neuves et pousser les professionnels de l’immobilier et du bâtiment à s’adapter à ces nouvelles règles. Les objectifs et les seuils sont donc très stricts :

  • un appartement neuf à Rennes ne devra pas émettre plus de 4 kilos de CO2 par mètre carré et par an. Ce qui représente un effort considérable à fournir par rapport aux niveaux moyens des émissions actuelles.
  • le chauffage sera limité à une consommation maximum de 12 kWhep par mètre carré.
  • la consommation énergétique ne devra pas dépasser le seuil de 100 kWh par mètre carré. Ce taux est deux fois moins élevé que dans la RT2012.

L’objectif final visé par la RE2020 est que les appartements neufs à Rennes bénéficient d’un bilan énergétique passif. C’est-à-dire qu’ils devront produire autant d’énergie qu’ils n’en consomment. Différents leviers peuvent être utilisés pour y parvenir, comme l’évolution des systèmes de chauffage. Le gaz sera petit à petit remplacé par des pompes à chaleur, par exemple, ou des chauffages à granulés de bois.

Des panneaux solaires seront systématiquement installés dans les bâtiments neufs rennais, tout comme des ballons thermodynamiques. Enfin, les matériaux biosourcés et renouvelables seront privilégiés dans la construction. Le bois sera donc de plus en plus utilisé dans les matériaux de construction (ossature et façades en bois) en remplacement du béton ou de l’acier. Le chanvre et la ouate de cellulose seront préférés aux laines minérales… Tous ces changements demandent donc beaucoup de préparation et une grande volonté d’agir.

Une réaction mitigée des acteurs du bâtiment

La RE2020 demande une évolution forte du secteur du bâtiment et de l’immobilier, qui n’est pas sans conséquence sur les pratiques de travail de ces professionnels. Beaucoup de réactions positives, comme négatives, se font donc attendre concernant l’application imminente de cette nouvelle réglementation.

Une conséquence directe de la mise en œuvre de la Réglementation Environnementale 2020 sera la valorisation de la filière de l’électrique. En poussant à l’installation massive de panneaux solaires et de pompes à chaleur, le gouvernement fait clairement le choix du tout électrique, au détriment du chauffage au fioul et au gaz. Ceux-ci ne seront d’ailleurs plus légaux dans les appartements neufs à Rennes en 2023. Les acteurs du secteur du gaz sont donc très inquiets pour l’avenir de leur filière, alors que la RT2012 insistait, au contraire, sur l’utilisation des chaudières à gaz.

Des experts de l’efficacité énergétique ont donc récemment rédigé et signé une pétition évaluant que le tout électrique est également une régression en termes d’écologie et climat. Selon eux, les calculs du gouvernement concernant le coefficient de conversion CO2 de l’électricité sont incorrects.

De même, les professionnels de la filière béton se voient également très impactés par l’application de la RE2020. En effet, les ossatures bois sont privilégiées par ces nouvelles normes dans les bâtiments neufs. Ils reprochent donc la trop grande importance accordée aux matériaux biosourcés et affirment que le bois proviendra inévitablement de destinations lointaines, ce qui alourdira considérablement le bilan écologique des constructions neuves.

Les professionnels des filières concernées demandent donc un temps supplémentaire de réflexion, afin de réfléchir à des adaptations de la RE2020 en leur faveur. Des négociations sont actuellement en cours entre la Fédération Française du Bâtiment, la Fédération Française des Constructeurs de Maisons, et le gouvernement.

Les constructions de demain

La RE2020 est claire sur un point : les matériaux biosourcés vont, à l’avenir, jouer un rôle important dans la construction des appartements neufs à Rennes. Ils deviendront, d’ici quelques années, une norme pour les professionnels du bâtiment.

Les matériaux biosourcés sont fabriqués avec de la matière organique renouvelable d’origine végétale ou animale. Ils sont créés à partir de matières vivantes, et non de l’industrie pétrochimique. Afin d’optimiser leur bilan énergétique, ils devront préférablement être fabriqués au niveau local.

Le bois va également prendre une part prépondérante dans la composition des appartements neufs à Rennes. C’est en effet un isolant thermique très performant, qui a l’avantage d’apporter beaucoup confort au quotidien. Il favorise l’évacuation de l’humidité, et diminue donc la condensation et les moisissures. Il rend ainsi les logements globalement plus sains. Le bois peut être utilisé pour les structures porteuses, le bardage, comme pour les menuiseries. Le liège, la paille et le chanvre sont d’autres alternatives écologiques très intéressantes.

En résumé, la RE2020 est une nouvelle réglementation très ambitieuse qui vise à réduire drastiquement les émissions de CO2 des bâtiments à Rennes et dans le reste de la France. Elle impose ainsi la fin de l’utilisation du chauffage au gaz, au profit de systèmes plus écologiques. Elle place également les matériaux biosourcés au cœur des constructions des bâtiments de demain. Les professionnels de la filière du bâtiment et de l’immobilier vont donc subir de grands changements dans leurs méthodes de travail à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *